Un membre de la CPS parle dans une interview accordée à AlrabyTV des frappes de drones yéménites

190626111526-79188-0.jpg

SANAA, 26 juin (SABA) – Membre du Conseil politique suprême (CPS), Mohammed Ali al-Houthi, a affirmé que les forces aériennes et de missiles de l’armée continueraient à mener des attaques de drones et de missiles contre les pays de la coalition dirigés par l’Arabie saoudite, comme la règle dit « oeil à oeil perdu ».

Dans une interview accordée à AlarabyTV, Al-Houthi a annoncé mardi que cette « trêve est inutile » à la lumière de la guerre de coalition en cours et de son siège.

Il a également estimé que la tentative de lier la reprise des attaques aériennes et de missiles contre l’Arabie saoudite à ce qui se passe avec l’Iran est une « désinformation et une propagande américaines ».

Il a en outre fourni une preuve préliminaire de l’absence de lien avec Téhéran.

« Nous ne sommes confrontés à l’agression continue contre notre pays depuis cinq ans », a-t-il confirmé.

« La direction du ministère de la Défense a constaté que les crimes d’agression perpétrés par les Saoudiens se poursuivaient et qu’il était inutile de poursuivre la trêve alors ils sont retournés utiliser leurs moyens pour dissuader l’agression, de sorte que certains pensent qu’il y a une escalade tandis que d’agression contre nous ne s’est pas arrêté un instant, » a-t-il affirmé.

Al-Houthi a prévenu les pays de la coalition de ce qui allait se passer, en déclarant: « Les pays d’agression devraient prendre les paroles d’Abdul Malik al-Houthi au sérieux ».

« Si vous arrêtez de nous frapper, nous arrêterons de vous battre, c’est une équation qui doit être claire », a-t-il déclaré.

Mohammad al-Houthi a nié le fait que le Yémen n’est pas un bras de l’Iran, affirmant: «Si nous sommes un bras revendiqué par l’Iran, nous ne dirions pas que nous sommes ici pour arrêter de vous attaquer si vous cessez de nous attaquer».

«C’est la plus grande preuve que nous ne sommes pas associés à l’Iran et que l’aide que vous réclamez n’est pas notre motivation, et ce qui nous motive à vous attaquer, c’est votre ciblage de notre peuple et vos crimes», a-t-il déclaré.

Il a en outre confirmé qu ‘ »il n’y a aucun soutien ou assistance de l’Iran et ils savent que ce qu’ils ont déjà promu n’est pas vrai ».

«Les États-Unis tentent de donner une grande impulsion à la bataille, d’autant plus que la communauté internationale est consciente des violations du droit international commises par les États agresseurs au Yémen, le Yémen souffre de la pire crise humanitaire et les États-Unis essaient jouer un rôle pour dire que ce qui se passe au Yémen est le résultat de l’ingérence iranienne », a-t-il déclaré.

Il a accusé les pays de la coalition de contrecarrer les efforts de paix au Yémen.

« La Coalition de l’agression est celle qui cherche à contrecarrer les efforts en faveur de la paix et n’a rien offert de ce côté-ci », a-t-il déclaré, ajoutant: « Nous avons proposé une trêve pour mettre fin aux attaques aériennes et par missiles, mais l’agression l’a utilisée dans une autre direction. .  »

« L’agression a utilisé une trêve sous prétexte qu’elle avait remporté une victoire et ciblé tous les missiles et drones, a-t-il déclaré.

Il a poursuivi: «Nous développons constamment nos capacités. nous avons des centres expérimentaux et des tests qui développent nos capacités de qualité et nous espérons abattre tous les avions ennemis. ”
Dans le contexte du processus politique, Mohammed Ali al-Houthi a reproché à la Coalition d’avoir entravé la mise en œuvre de l’accord avec la Suède.

« Le Parti national a mis en œuvre l’accord de Stockholm et initié le redéploiement unilatéral, avec reconnaissance de l’ONU, alors que l’autre partie n’a rien fait et nous avons fourni de nombreuses solutions et initiatives en faveur de la paix », a-t-il déclaré.

“L’autre partie a proposé des conditions arbitraires en dehors des termes de l’accord, et l’ONU nous a demandé de mettre en œuvre l’accord unilatéralement parce qu’il était désespéré et qu’il était incapable d’obliger l’autre partie à exécuter tout ce qui lui appartenait. car il sait très bien que nous proposons des solutions et des initiatives », a-t-il ajouté.

Mohammed Ali al-Houthi a réaffirmé que Washington était le seul à avoir la décision d’arrêter la guerre.

« Les États de l’agression et leurs mercenaires ne fonctionnent que conformément aux directives de l’Amérique, et ceux qui s’opposent à la paix aujourd’hui sont l’administration Trump qui a mis fin à la décision du Congrès de suspendre le soutien à cette agression ».

« Nous disons toujours que la guerre américano-israélienne, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ne sont rien de plus que des outils permettant d’exécuter leurs plans sous la supervision des États-Unis et une intervention directe des Américains et des Britanniques dans la bataille », a-t-il déclaré.

« Le drone MQ9, avoué par Washington, et que l’armée avait abattu à Hodeida n’est pas le premier », a-t-il ajouté.

Al-Houthi a accusé la coalition et sa guerre économique de propager la famine au Yémen et a lancé une attaque verbale contre le Programme alimentaire mondial.

« Le PAM travaille toujours avec le mécanisme des années 50 qui a été déchiré et qui ne peut plus être appliqué aujourd’hui, pas seulement au Yémen mais aussi ailleurs, car il importe les matériaux qu’il souhaite et les distribue même s’ils sont contaminés », a-t-il déclaré.

« Nous sommes prêts à convenir d’un mécanisme d’assistance aux détenteurs de cartes et sans préjudice de la souveraineté du Yémen », a-t-il déclaré.

« Les Nations Unies déclarent se plier à la loi locale de la République ou de la région où les denrées sont distribuées, et la loi yéménite interdit de transmettre des informations sur une empreinte digitale ou à tout autre élément en dehors de la République », a-t-il conclu.

Print Friendly, PDF & Email
vous pourriez aussi aimer