UNICEF: Décès d’une femme et de 6 nouveaux-nés toutes les deux heures au Yémen due aux complications liées à la grossesse ou à l’accouchement

190615114323-72870-0.jpg

ٍSANAA, 15 Juin (SABA)- Selon une rapport issu de l’UNICEF, une femme et six nouveau-nés meurent toutes les deux heures au Yémen en raison de complications au cours de leur grossesse ou de leur accouchement.

Le rapport de l’UNICEF sur l’accouchement et la paternité en situation de guerre a rapporté que le taux de mortalité maternelle a fortement augmenté depuis l’escalade du conflit au Yémen, passant de cinq décès maternels par jour en 2013 à 12 décès en 2018.

Le rapport, qui fait partie d’une série de données succinctes sur la santé maternelle et néonatale au Yémen, indique qu’une femme sur 260 meurt pendant la grossesse ou lors de l’accouchement, tandis qu’une nouvelle naissance sur 37 décède au cours du premier mois.

Le rapport indique que seules trois naissances sur dix ont eu lieu dans des établissements de santé et que 1,1 million de femmes enceintes et allaitantes avaient besoin d’un traitement pour la malnutrition aiguë aiguë.

« L’arrivée d’un nouveau bébé au Yémen peut souvent se transformer en une tragédie pour toute la famille, » la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta H. Fore, a déclaré commentant le rapport.

Le rapport sur la maternité et la paternité au Yémen dans le contexte du conflit issue de l’UNICEF considérait que l’accès aux soins prénatals et postnatals était la clé de la survie des nouveau-nés et des mères.

La moitié des établissements de santé yéménites ne fonctionnent plus en raison du manque de personnel, du manque de fournitures, de l’impossibilité de couvrir les coûts opérationnels ou de l’accès limité, a indiqué le rapport.

L’UNICEF a appelé à la concentration des ressources pour desservir les communautés pauvres et marginalisées et les communautés de personnes déplacées, ainsi qu’à la protection du système de soins de santé au Yémen, en accordant une attention particulière aux soins de santé primaires.

Il a également appelé à la reprise du paiement des salaires des agents de santé et au soutien d’incitations pour le personnel impliqué dans la fourniture de services de secours.

Le rapport indiquait que l’UNICEF, en collaborant avec des partenaires sur le terrain, appuyait les services communautaires et les établissements de soins de santé primaires en mettant l’accent sur les soins continus de la mère et de l’enfant avant, pendant, et après l’accouchement.

Selon le rapport, l’UNICEF et ses partenaires aident les sages-femmes et les volontaires de la santé communautaires à fournir des services de gestion de cas pour des maladies infantiles courantes ainsi que des soins à domicile pour la mère et le nouveau-né.

Print Friendly, PDF & Email
vous pourriez aussi aimer