Un complice de Washington dans l’agression militaire menée par les Saoudiens: Al-Houthi

SANA’A, 06 Oct. (Saba) – Le mouvement yéménite Houthi Ansarullah affirme que les États-Unis entravent les efforts de paix au Yémen, décrivant Washington comme un complice de l’agression militaire menée par l’Arabie saoudite contre le pays.

Mohammed Ali al-Houthi, président du Comité suprême de la révolution du Yémen, a tenu ces propos dans une interview accordée au quotidien turc Gazeteduvar samedi.

Il a déclaré que l’agression contre le Yémen ne prendrait fin que lorsque les États-Unis, Israël, la Grande-Bretagne et la France cesseraient de soutenir les agresseurs.

Al-Houthi a ajouté que les forces yéménites luttaient en faveur du droit de légitime défense, tout en soulignant que le conseil politique suprême des Houthis se félicitait de tout dialogue visant à instaurer la paix.

Il a qualifié de «crime de guerre» le blocus imposé par son pays à son pays et qui «a créé la pire crise humanitaire de tous les temps».
Il a souligné que l’offre de trêve des Houthis constituait une solution pacifique à la crise, tout en prévenant que si les Saoudiens rejetaient ce plan, ils subiraient des pertes fatales.

Le mois dernier, le mouvement houthi a proposé de mettre fin à ses attaques de représailles contre l’Arabie saoudite si le royaume mettait fin à sa campagne de bombardement contre le Yémen.

L’offre et l’accueil tardif du royaume font suite à une opération terrestre majeure menée récemment par des Yéménites et à une attaque de drone effrontée sur le cœur de l’industrie pétrolière saoudienne.

Les Saoudiens ne peuvent pas «changer de jeu»

Dans le même temps, Mohammed al-Bukhaiti, membre du Conseil politique suprême du Yémen, a recommandé aux Saoudiens de ne pas « penser qu’ils peuvent changer le jeu ».

Ansarullah « n’acceptera jamais un arrêt partiel des attaques saoudiennes contre le Yémen en échange d’un arrêt total de notre part », a-t-il déclaré.

Il a également critiqué la décision des Émirats arabes unis de déployer 100 véhicules militaires à Taiz, la qualifiant de « mauvaise », qualifiant la militarisation du port d’al-Makha au Yémen de violation des lois internationales.

« Nous ne resterons pas silencieux face aux mouvements militaristes des EAU, qui ne leur sont pas favorables. Les Emirats doivent quitter complètement le Yémen », a ajouté le ministre.

L’explosion d’une bombe tue des mercenaires saoudiens à Jawf

Par ailleurs, un nombre indéterminé de mercenaires saoudiens ont été tués ou blessés après l’explosion d’une bombe dans la province al-Jawf, dans le nord du Yémen, a annoncé samedi une source militaire citant une source militaire.

L’Arabie saoudite et plusieurs de ses alliés régionaux ont lancé une campagne dévastatrice contre le Yémen en mars 2015 dans le but de ramener le gouvernement de Hadi au pouvoir et de réprimer le mouvement Houthi Ansarullah.

Selon le projet américain ACLED (Organisation de conflits armés), une organisation de recherche sur les conflits à but non lucratif, la guerre a coûté la vie à plus de 91 000 personnes au cours des quatre dernières années et demie.

Print Friendly, PDF & Email
vous pourriez aussi aimer